Soutenez le PS

Adhérez au PS

Dissolution de la diète : confusion et désordres de la politique japonaise

La semaine dernière, le premier ministre Noda Yoshihiko a prononcé la dissolution de la chambre basse du parlement japonais.

Son parti Démocrate actuellement au pouvoir semble en très mauvaise posture, ayant perdu sa majorité au sénat lors des dernières élections en 2010, et à la diète suite à plusieurs défections, notamment de la faction Ozawa Ichiro, opposé à l’augmentation de la taxe sur la valeur ajoutée, mais aussi libéré des procédures judiciaires pour corruption dont il était la cible.

La position résolument anti-nucléaire du précédent premier ministre Kan Naoto diluée et finalement abandonnée par l’équipe de M. Noda reste représentée par le parti Communiste, et par Hashimoto Toru, le maire populiste d’Osaka.

La nouvelle pratique politique proposée par M. Hashimoto et son parti de la Refondation est fondée sur la décentralisation et la simplification des structures pour réduire l’inertie parlementaire et administrative. Cette approche pourrait peut-être permettre l’évolution des politiques fiscales, énergétiques, ou démographiques du Japon.

Toutefois, les institutions établies encouragent le développement d’un autre pan de ces politiques dites réformistes. La fusion du parti de la Restauration de M. Hashimoto avec le parti du Soleil de l’ancien gouverneur de Tokyo Ishihara Shintaro, probablement nécessaire pour peser dans le débat national, a eu pour conséquence la suppression des revendications d’abandon de l’énergie nucléaire.

Ce qui reste de la plate-forme réformatrice de M. Hashimoto est un gros effort de décentralisation, notamment avec une affectation de nouveaux revenus fiscaux aux collectivités territoriales, ce qui peut faire évoluer les équilibres politiques de manière profonde et durable.

Mais il reste aussi de grands principes nationalistes, amplifiés par les positions radicales et souvent provocatrices de M. Ishihara. Avec le retour de l’ancien premier ministre Abe Shinzo à la tête du parti Libéral-Démocrate, tout laisse prévoir une attitude gouvernementale et parlementaire belliqueuse vis-à-vis de la Chine et de la Corée, quelle que soit la composition de la prochaine diète.

La situation politique japonaise et notamment la chronique instabilité gouvernementale qui frappe le pays depuis la démission de Koizumi Junichiro en 2005 fera l’objet d’une conférence à la Maison Franco-Japonaise mardi prochain 27 novembre. La date tombe à pic pour fournir quelques clés de lecture aux Français du Japon.

4 commentaires

  1. Ping : Dissolution de la diète : confusion et désordres de la politique japonaise | Tokyo - Japon | Militer à l'étranger | Scoop.it

  2. Ping : Dissolution de la diète : confusion et désordres de la politique ... | Echanges franco-japonais | Scoop.it

  3. par Raphaël Mazoyer - 26 novembre 2012 à 2 h 59 min

    Post intéressant du premier ministre Noda parlant de la dissolution : http://nodasblog.kantei.go.jp/2012/11/121118.html

    Il identifie 5 domaines importants de réforme : sécurité sociale (pérennisation du financement via une réforme de la fiscalité), politique économique (relance sans avoir recours aux grands travaux habituels), politique énergétique (objectif de sortir du nucléaire d’ici 2030), politique étrangère (ne plus se satisfaire d’utiliser des discours volontaristes), institutions (réduire le nombre de députés et décourager l’implication héréditaire).

    C’est une analyse claire et (à mon avis) pertinente, mais qui semble peu en phase avec réalité politique, où son parti (et lui-même au sein du parti Démocrate) ne semble pas en mesure de recevoir le soutien de l’électorat.

  4. Ping : Réformes institutionnelles au Japon: compte-rendu d’un colloque pré-electoral | Tokyo - Japon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.